Fabrice Giraud : La passion avant tout !

Parce que la cuisine c’est avant tout une histoire d’amitié, Fabrice Giraud va tout au long de sa carrière découvrir des personnages qui vont le marquer à jamais.

« En cuisine c’est comme à l’armée parce que c’est dur et qu’on est dans la même galère on tisse de vraies amitiés ».
Il décrit, explique, raconte son quotidien de chef avec passion et enthousiasme.

Sa cuisine est en perpétuel mouvement… lui aussi. Il explore de nouveaux goûts, il découvre de nouveaux produits, il avance vers de nouveaux horizons.

Personnage du sud, authentique et humain, très attaché aux valeurs, ce cuisinier passionné a la sincérité de son accent !

« Quoi que l’on en dise, je pense qu’il y aura toujours de fins gourmets qui voudront manger de bons produits et que de ce fait il faudra toujours des amoureux de ce métier pour les préparer. »

Libre comme l'air...

Né à la Ciotat à la fin des années 60, Fabrice Giraud commence dès l’âge de 3 ans à bourlinguer à travers le monde avec ses parents.

Après des années d’itinérance, retour au berceau familial où le « bien manger » est de rigueur.

Peu intéressé par l’univers scolaire, Fabrice se dirige donc très vite vers sa passion : « Vers l’âge de 11 ou 12 ans j’ai commencé à faire des gâteaux le soir en rentrant de l’école, je préférais ça à mes devoirs. »

NAISSANCE D'UNE PASSION

« j’ai appris la cuisine grâce à mes tantes et à ma grand-mère. Tous les mardis je partais au marché avec elles et les marchés en Provence sont très riches, pleins de parfums, de musiques, de couleurs, j’adorais ces moments. »
A 15 ans, il entre au lycée Hôtelier de Marseille. De ses années d’apprentissage il retiendra la difficulté des horaires et la dureté d’une brigade de cuisine.

Son brillant parcours scolaire lui permet cependant, d’être envoyé dans les meilleurs établissements.

Etonnamment, son choix se porte sur l’Angleterre peu réputée pour sa gastronomie. « J’ai découvert les bases de la cuisine française chez un chef anglais qui connaissait parfaitement les bases de l’Escoffier ».

Deux années s’écoulent et le mal du pays se fait sentir. Fabrice rentre en France et commence son tour des Grandes Tables : Negresco, Hôtel de Paris à Monaco…

La rencontre qui va changer sa vie : Gilles Blandin son mentor Meilleur Ouvrier de France.

Parce qu’il n’aime pas les choses établies, en 1999, il se lance un vrai challenge, devenir chef à son tour. C’est en Belgique qu’il s’installe et qu’il obtient sa 1ère étoile.

En 2001, il a fait le tour et encore une fois l’appel du large est le plus fort, il est appelé pour prendre la suite de Michel Etchebest au grand Barrail à Saint-Emilion.

Nouvelle équipe, nouveau défi, nouvelle épreuve : le 11 septembre. La clientèle de l’hôtel essentiellement américaine chute. Il faudra du courage et de l’ingéniosité à ce chef pour faire revenir la clientèle.

Après 5 ans, pari  réussi, Fabrice sent qu’il faut partir et c’est sans hésitation qu’il répond présent lorsqu’on l’appelle pour une nouvelle aventure.

Depuis mars 2006 Fabrice Giraud est à la tête des cuisines du Périgord, restaurant qui doit faire ses preuves à La Roque Gageac en Dordogne.

Tout est à faire, Fabrice adore ça…

 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact