Instinctive et de partage

« En fonction, des produits du marché j’adapte mes plats ! » Sa cuisine se fera donc à l’instinct à l’humeur et à son goût : « Je parle de goût avant tout parce que c’est ce qui va rester au palais ».

Son inspiration lui vient de tout ce qui l’entoure. Comme un artiste, il se nourrit de son quotidien, le marché de Libourne et ses producteurs, ses voyages, ses amis, tout l’inspire.

Fidèle à ses convictions

Très attaché aux valeurs morales, il reste important pour lui de toujours garder sa ligne de conduite.

« Mon père m’a inculqué des valeurs que je garde encore aujourd’hui dans ma façon de cuisiner, comme être droit, avoir le respect des produits et du travail bien fait, je suis très admiratif de mon père, il aurait pu se lancer pour aller plus loin mais une femme et trois enfants… »

« Dans le restaurant de mes parents on servait des chipirons à la Basquaise, des pibales à l’espagnole, de la lamproie à la bordelaise, la vraie cuisine traditionnelle de la région quoi ! »

Ici, les produits sont les mêmes mais on les prépare autrement ! « Ma cuisine, on peut dire que depuis 10 ans elle s’est épurée, j’ai évolué, en fonction de mes rencontres, de mes voyages et puis par rapport à chez mes parents qui faisaient tout, nous on est 12 rien que pour la cuisine avec des techniques et des méthodes différentes. »

SES PRODUITS AQUITAINS

Ses produits il les choisit chez les meilleurs fournisseurs de la région, ses légumes de saison ce sera sur le marché de Libourne.

Passionné par les produits du printemps, Philippe Etchebest est heureux quand il peut cuisiner la fraise ou la morille. Ce sont des produits qui l’inspirent et qu’il adore !
Tout en douceur et légèreté

« Je ne sers que ce que j’aime parce que c’est plus facile de partager ce qui nous fait plaisir ».

Tous les produits du terroir seront revisités, foie gras, morilles, truffes, agneau princier, fraises du pays…

Quelques épices venues d’Asie parfumeront à merveille ces plats joyeux. On notera la finesse et la précision de chaque aliment disposé dans l’assiette composant à merveille un tableau de délices. Un peu d’émulsion sur le dessus, et les plats filent en salle.
Contraste étonnant : ce grand bonhomme à l’allure solide a conservé ses goûts de gamin et voue une véritable passion aux desserts. « Mon rêve serait d’aller dans une pâtisserie et piocher dans chaque dessert proposé, c’est pour ça qu’ici je propose 3 ou 4 desserts par personne ! »

Morille farcie et asperges de pays

 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact