Le printemps est en fête !
 
C’est au printemps que vient le temps de la Grande Alose, véritable phénomène culturel régional !

Un poisson migrateur
 
C’est dans l’océan que les aloses achèvent leur croissance. Elles délaissent ensuite ses eaux froides et salées pour se reproduire dans celles des rivières.

Cette migration débute en février et c’est durant les douces nuits d’été, que les aloses se rassemblent pour nager en couple.

Les œufs, abandonnés au courant, incubent à même le sol et si le taux de mortalité est plutôt élevé (plus de 80 % !), les frayères (zones de reproduction) voient des alevins éclore en masse, qui migreront ensuite vers l’estuaire pendant l’automne.

L’appel de l’alose : tout un art
 
De mars à juin, c’est tout autant dans les estuaires (Gironde et Adour) que dans les rivières que l’on pêche le fameux poisson : au carrelet (célèbre cabane traditionnelle composée d’un filet) ou à l’aide d’un filet dérivant.

Sur la rivière on peut utiliser une grosse épuisette (le « coul ») et pourquoi pas des mouches colorées. Une bonne connaissance du lieu de pêche et des conditions hydrologiques est de rigueur !

Les aloses pêchées en Garonne, Dordogne ou dans le bassin de l’Adour pèsent de 2 kg à 3 kg en moyenne, sachant que les plus intéressantes sont les femelles, en général plus dodues !
 
L’alose en fête : coutumes et dégustations
 
À chaque printemps : on parle alose, on pense alose, on mange alose !

Nombreuses sont les communes d’Aquitaine, notamment dans le Bordelais, qui organisent des festivités conviviales autour de ce poisson à chair délicate.

On peut alors y acheter le poisson et bien sûr le déguster sur place… La Confrérie de l’alose et des vins de Graves en profite pour procéder à l’intronisation de personnalités.
 
Fête de l’Alose et des Vins du Fronsadais
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact