Tout un art de pêche

Ce mets traditionnel et renommé du début d’année est le fruit d’une pêche passionnée, pratiquée le plus souvent de nuit, de préférence par temps doux avec un vent de sud-ouest.

La pêche traditionnelle à pied pour les amateurs

Les pêcheurs amateurs, chaussées de leurs cuissardes se tiennent sur la rive à marée haute, éclairés par une lampe posée non loin.

C’est une grande épuisette à pibales, « le pibalour » qui leur permet alors de pêcher à contre courant ce poisson tant apprécié !

La pêche depuis un bateau réservée aux professionnels

Depuis 1996, les pêcheurs professionnels, utilisent un procédé appelé le drossage. C’est un petit chalutier qui, avançant à contre courant, déploie latéralement deux grands filets de 1,2 m de diamètre maximum, véritables "tamis" dont les mailles sont très serrées… Car les alevins font moins d’un centimètre de long pour quelques dizaines de grammes !

C’est une véritable pêche miraculeuse ! Les pêcheurs professionnels sont parfois fortement dépendants de cette activité qui peut représenter jusqu’ à 70% de leur chiffre d’affaires ! Il faut dire que 300 euros le kilo c’est plutôt une belle récompense !!! D’autant plus que ce bébé-anguille se vend à prix d’or à l’exportation...
 

Dans le Sud-Ouest, au Pays Basque, le long de la vallée de la Garonne jusqu'à la Gironde, la pibale est considérée comme un mets très fin et certains la trouvent particulièrement  délicieuse… Prêts à l'acheter très cher !
 
Conservatoire de l’Estuaire de la Gironde
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact