Une technique ancestrale

Autrefois, obtenir du gros sel nécessitait une préparation assez pénible. Ceux qui tiraient l'eau de la source de salies de Béarn remplissaient un tonneau, le « sameau », que deux membres de leur famille ramenaient chez eux.

Au sous-sol de la maison, une autre personne faisait évaporer cette eau en la chauffant très longtemps dans une poêle carrée. Le sel qui se déposait au fond était mis à sécher au-dessus de la poêle.
Une fois son eau perdue, il cristallisait.

L’extraction continue !

Aujourd’hui, les techniques se sont améliorées mais la méthode reste la même.

On puise l’eau dans le gisement, puis cette eau saumurée est acheminée sous terre, par des sortes de gros tuyaux jusqu’à la Saline.

L’eau est ensuite évaporée, les grains sont essorés, séchés puis emballés.

Le sel de table ou sel alimentaire, composé essentiellement de chlorure de sodium, se présente sous différentes formes : sel fin, gros sel, fleur de sel.

Le raffinage permet d'obtenir un sel de couleur blanche, préférée par le consommateur, au détriment de ses qualités alimentaires.
Des adjuvants, tels des anti-agglomérants ou des composés fluorés ou iodés peuvent être ajoutés.

A Mouguerre, petit village basque près de Bayonne, une célèbre marque de sel produit près de 90% du sel du bassin de l’Adour, entrant dans la salaison du jambon de Bayonne.

Près de 70 personnes produisent sur ce site 55 000 tonnes par an. Sel que l’on trouve sous une cinquante de produits différents : sel de table fin ou gros, sel pour adoucir l’eau, sels régénérants ou sels pour déglacer les routes, etc.
Visite de l’Atelier, du Saloir et Séchoir à Jambons
Musée du Sel
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact