Le chocolat de Bayonne
 
En France, c’est les bayonnais qui ont été les premiers à goûter cette douceur désormais légendaire. Ils ont su le travailler et ont fait de la ville le principal centre de production français.
 
Une tradition florissante
 
C’est à Bayonne que les artisans du Royaume de France ont commencé à travailler la fève de cacao et ce… dès le XVIIème !
 
Au XVIème siècle, les navigateurs espagnols qui ont apprécié au Mexique une boisson appelée chocolat, se sont empressés d’en donner le goût aux Européens ! Ils ne pourront plus s’en passer d’ailleurs…
C’est en Espagne et au Portugal que l’on trouvait les premiers amateurs.
 
Bayonne fait connaissance avec le chocolat
 
Le port de Bayonne et ses échanges nombreux avec l’Espagne, ont favorisé sa découverte dans tout le royaume de France.
 
L’arrivée au port en 1496 des Juifs expulsés du Portugal lors de l'Inquisition marque un tournant. Ils s’installent, dans le quartier Saint-Esprit, sur la rive de l'Adour et y développent habilement la fabrication du chocolat dans les années 1610 puisqu’ils avaient appris à le travailler.
 
La méthode de fabrication fût très vite apprise par les Bayonnais qui fondèrent même dès 1761 une confrérie de maîtres chocolatiers.
 
Bayonne devient le principal centre de production français et aujourd'hui encore le fameux chocolat noir à forte teneur en cacao, fait la renommée de la ville. 
 
En 1870, Bayonne compte plus 130 ouvriers chocolatiers et aujourd’hui, une quinzaine de lieux de production subsistent avec près de 200 emplois.
On compte 2 chocolateries et 5 pâtissiers chocolatiers, constitués en Guilde depuis 1993 pour promouvoir le chocolat.
 
Des techniques et des produits qui ont évolué
 
Du pilon aux usines modernes en passant par la première machine à moudre, les techniques ont beaucoup évolué... Avec pour conséquence des recettes bien différentes de la boisson délicieusement parfumée de départ…
C’est d’ailleurs dès 1780, que l’on trouve la toute première fabrique mécanique de chocolat, à Bayonne.
 
Musée du Chocolat
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact