Le vendangeur

Le rouget barbet ou mullus barbatus fait l'objet d'une pêche saisonnière, assez typique du Bassin. Il fréquente des fonds vaseux du Bassin à l’état juvénile (3 à 4 cm) pendant l’été.

Il est capturé au filet quand il mesure 10 à 15 cm, en septembre, au moment des vendanges, d’où le nom local qu’on lui donne : « vendangeur ».

Une pêche ancestrale

Le rouget barbet, pêché depuis toujours sur le Bassin d’Arcachon, est présent sur toutes les côtes de France. Il vit en petits bancs, entre 2 à 100 m de profondeur, sur les fonds vaseux des ports et des estuaires.

Ils se reproduisent de mai à septembre pendant la nuit à une profondeur de 20 à 60 m. Le rouget se distingue du grondin par sa couleur plus pâle et ses barbillons qui lui servent à repérer sa nourriture en fouillant le fond.

Il se nourrit d’animaux enfouis dans le sable ou la vase (alevins, vers, invertébrés en tout genre ...). Il mesure jusqu’à 15 cm pour un poids moyen de 500g.

Les oeufs puis les alevins grandissent en pleine mer, à la surface de l’eau, jusqu'à ce qu'ils mesurent 4 cm environ. Ils rejoignent ensuite leurs parents, dans les profondeurs marines.

Même si la pêche dans le bassin d’Arcachon est ancestrale, la construction du port, elle, est toute récente puisqu’elle date de 1956.

Le berceau du chalut à vapeur

Arcachon est le berceau du chalutage à vapeur : en 1835 le capitaine Allègre expérimente le premier bateau à vapeur dédié à la pêche.

La production arcachonnaise passe de 1 402 tonnes de poissons pêchées en 1854 à 3 297 tonnes en 1866, puis de 22 013 tonnes en 1891 à 36 130 tonnes en 1904.

Arcachon devient le deuxième port de pêche de France derrière Boulogne sur mer.

Des poissons de qualité

L'atout principal du Port de Pêche d'Arcachon est la variété et la qualité des poissons débarqués. Spécialisé autrefois dans la pêche à la sardine, le port d'Arcachon commercialise aujourd'hui des espèces nobles telles que la sole, le bar, le turbot, le barbue, le merlu et le céteau pour ne citer qu’eux.

Très prisé pour ses qualités gastronomiques et sa chair savoureuse, le rouget barbet faisait déjà le régal des tables de la Rome Antique. Il est répertorié en 1758 dans l’Inventaire des poissons de Roscoff.
Criée d'Arcachon
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact