Toute la robustesse locale
 
Sa robe est grise et souvent, le contour de ses yeux est très clair, presque blanc.

Elle défile fièrement tous les ans dans les petites rues de Bazas où tous les amateurs de bonne chair la fêtent avec ferveur. Elle, c’est la Bazadaise, une race bovine typique d’Aquitaine.
 
Des origines controversées
 
Comment est née la race bazadaise ? Les avis diffèrent. La race bazadaise, dont on tire le fameux Bœuf de Bazas (Label rouge), a des origines controversées.
 
Voilà pour l’hypothèse la plus répandue : au VIIIe siècle, les Arabes remontent vers Poitiers depuis l’Espagne et amènent avec eux une race typique d’Espagne. Arrivée en Gironde actuelle, le croisement se fait avec la race autochtone.
 
La Bazadaise servait jadis au travail des champs, des vignes et en forêt puisqu’elle était robuste, agile et vigoureuse.
 
Officiellement née en 1896
 
La race a une existence officielle depuis 1896 avec la création du Herd  Book bazadais, le livre généalogique de la race.
1970, c’est l’alerte générale sur les coteaux du Bazadais : on ne recensait que 700 têtes. Un plan de relance est lancé pour sauver la race.
 
Il faudra attendre 1997 pour obtenir un Label Rouge.
 
Mais pourquoi le Boeuf de bazas
 
Au Moyen Age, la Bazadaise est élevée sur une bonne partie du territoire aquitain. Mais, c’est à Bazas que tout va se jouer pour cette race. A l’époque où l’Aquitaine est sous domination anglaise, Bazas est la capitale de la « petite lande ». La monarchie anglaise et l’église se partagent pacifiquement la régence de la région. Pour célébrer cette entente, le Duc d’Aquitaine décide d’offrir un taureau à l’évêque tous les ans.
En contrepartie, l’homme d’église octroie un privilège aux éleveurs : ils pourront défiler dans les rues de la petite bourgade avec leur bétail tous les ans pour carnaval. Un défilé qui donne lieu depuis toujours à une grande fête et des ripailles gourmandes, avec, dans l’assiette, du bœuf de Bazas bien sûr.
 
Fête des Bœufs Gras
 
à propos/crédits   cocin'art   plan du site   contact